Duquesne Group Duquesne Group

English version
Blog des experts

Les avis et les commentaires exprimés dans les blogs sont ceux des experts individuels. Ils ne représentent pas nécessairement l'opinion du cabinet. Contactez-nous pour en savoir +
French version
Blogs

In these blogs, individual experts freely express their own opinions and comments. They do not necessarily reflect the opinion of the firm. Contact us to find out more


Bilan 2010 : prise de conscience de la juste place du PCA ?


2011 arrive... l'occasion de faire le point sur ce que 2010 a apporté dans le domaine de la Continuité d'activité en entreprise.

Trois types d’évènement attirent l'attention que nous détaillons ci-dessous.



Bilan 2010 : prise de conscience de la juste place du PCA ?

Les approches de PCA deviennent plus larges

En 2009 nous avions vécu les PCA de type pandémie grippale qui ont attiré l'attention sur la vulnérabilité des entreprises à l'absence de personnels et la rareté des compétences sur certains métiers clés. Les DRH et ma médecine du travail étaient mises à contribution et produisaient des mesures diverses. Les sociétés ayant des activités de service qualifié "d"importance vitale" étaient en première ligne.

Avant cela, la période 2005-2008 avait été marquée par les solutions technologiques (surtout informatiques) qu'il fallait analyser et mettre en oeuvre dans des plans de reprise de moyens techniques. Il s'agissait alors de Plans de secours de type informatiques le plus souvent. Les banques et compagnies d'assurance ouvraient la marche.

Jusqu'alors donc, les approches se focalisaient quasi exclusivement sur les moyens : techniques d'abord puis humains ensuite et concernaient des entreprises à l'activité jugée importante.

2010 a souvent été, nous l'avons constaté dans nos missions de conseil, l'occasion d'un élargissement dans trois directions :

  • une coordination entre toutes ces approches "orientées moyens" s'est faite sentir;

  • la palette des sociétés qui se posent des questions est aussi plus étendue;

  • enfin, un début de prise en main par les métiers se fait jour, même si cela reste timide.

Ces trois tendances se traduisent par une ramification des responsabilités de type RPCA dans les départements des entreprises avec une vision centrale et une implication plus forte des métiers.

La normalisation avance : que penser de l'ISO22301 ?

La normalisation de la démarche PCA était jusqu'à présent difficile pour diverses raisons :

  • le thème du PCA était toujours "mélangé" avec un autre : la sécurité de l'information, l'analyse des risques, les sinistres sociétaux... tout le monde en parlait en mode mineur ;

  • les approches britanniques (BS25999 ayant le mérite d'exister), quoiqu'intéressantes étaient jugées par certains pays comme trop "orientées business" et profit ;

  • il existait des démarches différentes insistant plus sur les risques et les sinistres d'origine américaine en particlier.

Néanmoins en novembre 2010 un draft ou 'proposition' de norme fut publié sous le numéro ISO 22301.

Ce document fait une synthèse assez simple des approches en présence et adapte à la continuité d'activité l'approche en deux temps qui fit la célébrité des normes qualité (les ISO 9000) et sécurité (ISO 2700X).

A savoir : un découpage du sujet en deux parties :

  • le système de management : comment se rapprocher de ce que l'on veut

  • les bonnes pratiques décrivant en gros ce qui serait bien de vouloir.

L'existence de cette proposition de norme consensuelle et allant dans la lignée des normes connexes va probablement inciter à un regain d'intérêt pour la continuité à un bon niveau dans l'entreprise.

La prépondérance des métiers est-elle bien comprise ?

Une récente enquête du Clusif montre que l'implication des métiers dans les travaux de PCA est de l'ordre de 54% des cas.

Cela veut dire que dans 46% des comptes interrogés, la réflexion sur le PCA ne concerne que les moyens (informatiques le plus souvent au clusif). Les métiers étant tenus à l'écart.

Or rappelons-le, un PCA est un "ensemble de mesures tendant à assurer (...) la continuité (...) des services essentiels de l'entreprise." Si l'on ne se tourne pas vers ces services essentiels pour leur demander leurs contraintes, alors il n'y a pas de PCA, il n'y a que de la survie de moyens autoproclamés critiques.

Un bon moyen de savoir si l'entreprise est sur la bonne voie est de demander si les MOA (maitrises d'ouvrage) sont, sinon à l'origine du PCA, tout au moins sollicitées en bonne place dans le démarche.

En effet seules les activités métiers critiques sont à même de spécifier ou de faire spécifier leurs besoins en terme de délai d'interruption maximal admissible.

2011 : Année 1 de la continuité ?

Positionnée dans l'entreprise à un bon niveau, poussée par les métiers et structurée par une norme, la Continuité d'activité a tout pour qu'on en parle en 2011.
Emmanuel Besluau
Dimanche 2 Janvier 2011

Home Home    Mail Mail    Print Print    Zoom + Zoom +    Zoom - Zoom -    Share Share


Articles du même auteur :

Halte aux PCA bidons ! - 19/01/2014

1 2