Duquesne Group Duquesne Group

English version
Recherche et Analyse

Pour éclairer les décideurs dans le domaine de la Continuité d'Activité et de la Sécurité de l'Information, Duquesne Group propose ses analyses et réflexions issues de ses réalisations concrètes en clientèle. Observation critique du terrain par nos experts, contacts permanents avec les principaux acteurs du domaine et expérience vécue dans nos missions de conseil sont nos principales sources. Contactez-nous pour en savoir +
French version
Research

To support decision makers in the management and optimisation of information systems, Duquesne Group delivers in-depth analyses of information technologies, their implementations and their markets. Our research is based on critical observation of the market by our analysts and their on-going contacts with the vendor community, together with hands-on, practical experience from our consulting work. Contact us to find out more


L'Airbus A380 et les grands projets informatiques



On apprend que le projet de l’Airbus A380 pourrait avoir au moins un an de retard. Si l’on s’amuse (si j’ose dire) à faire des analogies avec l’informatique, plusieurs remarques peuvent être faites.



Tout projet d’importance possède des risques de retards divers. C’est enfoncer une porte ouverte que de le dire. Lorsqu’il s’agit d’un projet ‘nouveau’ et en l’occurrence c’en est un, ce risque est encore plus fort. Lorsqu’il s’agit d’un projet ‘extrême’ du genre ‘le plus gros xx du monde’ (remplacez xx par ce que vous voulez), le risque là encore augmente.

Ce qui est donc surprenant, ce n’est pas le retard pris par le projet, mais le fait que cela ait l’air de surprendre tout le monde !

Dans un monde à risques (les SSII le savent, ou tout au moins devraient le savoir) on met en place une couverture pour chaque risque principal et on lotit ses livrables. Autrement dit, on livrera non pas tout, mais des lots progressifs.

Et c’est là que l’analogie entre l’aéronautique et l’informatique s’arrête ! Dans un grand projet informatique au lieu de tout livrer en retard, on livrera 80% à l’heure (version optimiste) et on fera semblant d’être satisfait avec cela. Les 20% restant arriveront plus tard (et coûteront d’ailleurs 40%...). Je connais insuffisamment l’aéronautique pour penser à une analogie. J’imagine mal qu’on livre un avion à 80% et qu’en plus on soit heureux... comparaison n'est pas raison, donc !

Une autre réflexion vient à l’esprit. Les gens qui ont l’habitude des collaborations franco-allemandes constatent en général qu’il vaut mieux laisser les Allemands faire la planification du projet (ils penseront à plein de choses qui ennuient absolument les français, en particulier ils imagineront des problèmes possibles et comment en sortir) et confier la réalisation aux français qui sauront se tirer d’affaire sur des cas difficiles où il faut ‘improviser’ (ce qu’à l’inverse les Allemands ne feront pas de gaîté de cœur).

Les Allemands planifient et les Français réalisent : c’est la meilleure combinaison. Est-ce que par hasard Airbus n’aurait pas fait l’inverse ?
E.B. Sirius
Samedi 30 Septembre 2006

Home Home    Mail Mail    Print Print    Zoom + Zoom +    Zoom - Zoom -    Share Share


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Mars 2013 - 17:00 Grands projets = grands problèmes ?


Duquesne Research Newsletter