Duquesne Group Duquesne Group

English version
Recherche et Analyse

Pour éclairer les décideurs dans le domaine de la Continuité d'Activité et de la Sécurité de l'Information, Duquesne Group propose ses analyses et réflexions issues de ses réalisations concrètes en clientèle. Observation critique du terrain par nos experts, contacts permanents avec les principaux acteurs du domaine et expérience vécue dans nos missions de conseil sont nos principales sources. Contactez-nous pour en savoir +
French version
Research

To support decision makers in the management and optimisation of information systems, Duquesne Group delivers in-depth analyses of information technologies, their implementations and their markets. Our research is based on critical observation of the market by our analysts and their on-going contacts with the vendor community, together with hands-on, practical experience from our consulting work. Contact us to find out more


Les entreprises face aux inondations


L'Etat, la ville de Paris et de nombreux partenaires vont mener en mars un grand exercice EU SEQUANA 2016 pour se préparer à faire face à la crue centennale de la Seine.

Dans cette perspective, cet article de 2013 est plus pertinent que jamais.



Inondation en Autriche, juin 2013 © Reuters - Leonhard Foeger
Inondation en Autriche, juin 2013 © Reuters - Leonhard Foeger
Mi-juin 2013, Londres se préparait à affronter des inondations majeures. La Thame’s Barrier qui la protège des débordements de la Tamise pourrait bientôt ne plus suffire à la protéger... Heureusement les conditions climatiques se sont améliorées, et Londres a échappé de justesse à un désastre important, à la fois pour les Londoniens et pour des dizaines de milliers d’entreprises.

D’une manière générale, il faut dire que les récents événements climatiques en Europe ne sont pas du tout rassurants : des inondations importantes ont touché la France, l’Espagne et la Suisse tandis que l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie ont affronté des crues historiques destructrices.

Des chercheurs prédisent que ces épisodes d’inondations soudaines et violentes vont devenir plus fréquents et de plus grande ampleur. Il serait donc peu étonnant qu’à l’avenir, les scénarios de sinistre par inondation soient mis en avant dans les démarches de Continuité d’Activité.

L'Europe sous les eaux

Début mai, des inondations frappent le quart nord-est de la France. Le département de la Côte-d’Or est durement touché avec notamment une crue exceptionnelle à Dijon. Des habitations sont inondées, la circulation est perturbée et presque 300 habitants sont évacués. Un mois après, la Seine déborde dans le département de l’Aube, dévastant des dizaines de milliers d’hectares et forçant le ministre de l’Intérieur à déclarer l’état de catastrophe naturelle. Peu de temps après, fleuves, rivières et cours d’eau sortent de leur lit dans le sud-ouest, causant plusieurs morts et de très gros dégâts. L’état de catastrophe est là encore reconnu. La facture est estimée à 500 millions d’euros pour l’agriculture et entre 300 et 350 millions d’euros pour les assurances.

L’Europe centrale et en particulier le sud de l’Allemagne n’est pas en reste. Des crues historiques, les pires depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale selon certains experts, ont suspendu le trafic entre le sud-est et l’ouest de l’Allemagne et des milliers de personnes ont été évacuées. Par ailleurs, plusieurs milliers de bâtiments ont été endommagés et les dégâts sont estimés à plus de 7 milliards d’euros. Il va sans dire que les conséquences économiques sont importantes. De telles inondations ont déjà eu lieu dans le passé, il y a seulement 10 ans et Prague, en République Tchèque, en a d’ailleurs tiré la leçon. Les digues installées en réaction à cette catastrophe lui ont permis de résister à une crue de 9 jours en juin.

Les experts prédisent l'aggravation des inondations

Selon le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), les pluies torrentielles à l’origine de ces catastrophes seront plus fréquentes et plus intenses dans l’avenir. La faute au phénomène de réchauffement climatique provoqué par l’homme par émissions de carbone et déforestation. F.Zwiers de l’Université de Victoria au Canada va aussi dans ce sens dans une de ses études et prédit que les précipitations extrêmes observées tous les 20 ans se produiront désormais tous les 10 ans.
D'après EM-DAT (Emergency Events Database)
D'après EM-DAT (Emergency Events Database)

Bien sûr, la hausse de ces chiffres est en partie due au fait que les déclarations de sinistres sont plus systématiques qu’autrefois, mais il n'en demeure pas moins qu'elle est très inquiétante. Par ailleurs, l’explosion des tissus urbains aggrave ce phénomène car le sol des villes empêche l’absorption naturelle des eaux de pluie et favorise son ruissellement. Ce qui est d’autant plus grave que, selon le CERTU (Centre d’Etude sur les Réseaux, les Transports, l’Urbanisme), les zones industrielles, commerciales ou pavillonnaires qui se sont développées en France entre 1945 et 1975 ont envahi les zones inondables sans précautions particulières.

Les conséquences pour les entreprises

En plus d’être un véritable drame pour les populations, une inondation grave peut avoir des conséquences très sérieuses non seulement pour un grand nombre d’entreprises de la région touchée mais aussi pour le tissu urbain tout entier. D'ailleurs, comme le dit Emmanuel Besluau, expert Duquesne Group en Continuité d’Activité, “l’inondation est le pire des sinistres pour une entreprise”.
Centre logistique d'entreprise inondé à Buchères, mai 2013 © France 3
Centre logistique d'entreprise inondé à Buchères, mai 2013 © France 3

En effet, une entreprise affectée par une inondation grave verra certains de ses moyens de production affectés : moyens informatiques endommagés, personnel mis en danger, bâtiments et bureaux dévastés, SI détruit, stocks gâchés (avec parfois pollution, explosion ou incendie) ou encore véhicules immergés. Outre ces dommages directs, une inondation pourra également provoquer des dégâts indirects parfois bien plus douloureux : chômage technique, pertes d’exploitation, déficit d’image, perte de clientèle ou encore impact psychologique pour le personnel et la direction.

Il ne faut également pas oublier qu’en cas d’inondation grave, l’entreprise ne sera certainement pas seule à être affectée dans la région. Ainsi, même si elle échappe à la montée des eaux, elle pourra quand même subir un arrêt de ses activités. L’exemple le plus courant est la coupure d’électricité accidentelle dans le secteur suite à des dommages sur l’infrastructure du réseau électrique, ou bien coupure volontaire par le fournisseur pour éviter les risques d’électrocution.

De la même manière, des éléments actifs du réseau du fournisseur d’accès informatique peuvent prendre l’eau et provoquer une coupure de l’accès vers des systèmes d’information externes.

Citons également le réseau routier, les ponts et autres voies d’accès inutilisables pouvant empêcher les employés de parvenir jusqu’à leur lieu de travail. Il faut aussi s’attendre à ce que les secours soient débordés et ne puissent pas intervenir immédiatement pour limiter l’étendue des dégâts. Fait important à ne pas négliger, les employés chercheront naturellement à assurer la sécurité de leurs familles avant de penser à leur entreprise.

Face aux conséquences graves auxquelles les entreprises sont exposées en cas d'inondation, les autorités françaises ne sont pas restées inactives et ont pris un ensemble de mesures pour y faire face.

Les démarches PAPI menées sur la période 2003-2009
Les démarches PAPI menées sur la période 2003-2009

L’action des autorités publiques françaises

Depuis une vingtaine d'années, à la suite d'inondations importantes et dévastatrices, les pouvoirs publics ont adopté une approche particulièrement rigoureuse pour traiter ce type de risques.

Il s'agit en premier lieu d'actions préventives telles que la sensibilisation, par les élus locaux, aux risques d'inondations ou encore la mise en place des PAPI (Programme d'Action de Prévention des Inondations). Diverses sources d'information ont également été mises en place comme par exemple la cartographie des zones inondables par départements (disponible dans les DDRM, Dossiers Départementaux des Risques Majeurs) ou la mise en ligne du site vigicrue.gouv.fr qui offre une carte de vigilance crues en temps réel.

De nouveaux règlements en matière d'urbanisation ont également été mis en place pour rendre les constructions plus respectueuses du cycle de l'eau. Ainsi, les eaux de pluie sont maintenant récoltées par des bassins de rétention d’eau à côté des surfaces larges et imperméables (bétonnées ou goudronnées). De plus, une requalification et un reclassement des zones inondables ont aussi été effectués avec pour conséquence le passage de nombreuses constructions réalisées antérieurement à ces mesures en zone inondable et non constructible.

La continuité d’activité dans les entreprises face aux inondations

Une entreprise qui a identifié l’inondation comme un scénario de sinistre important dans son analyse de risques a tout intérêt à lui accorder une place majeure dans sa démarche globale de Continuité d’Activité. Il faut le prendre en compte lors de la définition en amont de la stratégie de continuité et, au niveau des procédures de continuité, envisager un plan inondation spécifique.

Comme pour tous les types de sinistres pris en compte dans le cadre du management de la Continuité d'Activité, plusieurs bonnes pratiques générales doivent être mises en œuvre. Par exemple, il convient de mettre à jour, vérifier et valider régulièrement les contacts de la cellule de crise ainsi que d'y faire figurer des suppléants, au cas où par exemple, un responsable serait injoignable et retenu chez lui par les eaux. De plus, il faut veiller à préparer un plan de communication pour les clients et fournisseurs en cas de sinistre disruptif. Enfin, des tests et des exercices doivent être planifiés régulièrement et effectués dans des conditions qui prennent en compte les conséquences de la montée des eaux.

En revanche, dans le cas du risque inondation, Emmanuel Besluau et les autres praticiens en Continuité d’activité du cabinet Duquesne Group ont identifié quelques points spécifiques à prendre en compte :

  • Tout d’abord, se renseigner sur l’historique des inondations dans la région (notamment les crues centennales) en consultant les arrêtés connus et les dossiers de risques départementaux.

  • Garder toutefois à l’esprit que le climat, l’environnement et l’aménagement du territoire évoluent dans le temps. La phrase “on ne verra pas pire que ce qui est déjà arrivé" est dangereuse.

  • Faire preuve de vigilance. Mettre en place une surveillance permanente d’alertes météo car une crue peut parfois être prévue quelques jours à l’avance. Il est utile de préparer une liste d’actions pour profiter de ce laps de temps tels que le test du groupe électrogène ou le déplacement des documents importants à l’étage supérieur.

  • Prévoir en particulier de pouvoir rassurer les personnels quant à la sécurité de leurs familles et les aider à l’organiser en leur laissant passer des appels pour s’assurer qu’ils sont sains, saufs et à l’abri. Ils ne voudront pas travailler sinon.

  • Équiper et préparer certains employés pour travailler à la maison avec des ordinateurs portables et clés 3G. Les problématiques de sécurité doivent être étudiées avant que le sinistre ne se déclare.

  • Ne pas sous estimer les tâches et le temps nécessaire pour le retour à la normale. Les conséquences d’une inondation perdurent une fois que l’eau est partie et demandent beaucoup d’efforts car tout est souillé : il faut nettoyer, jeter, remplacer, etc.

  • Bien vérifier que ce que vous avez prévu dans vos PCA, PRA et divers plans de reprise est réellement faisable en cas d'inondation : les autorités demandent une évacuation de l'un de vos sites, les routes sont barrées pour diverses raisons, vous ne pouvez plus évacuer tel site, votre livraison de fioul est devenue impossible, votre personnel ne peut pas se rendre sur votre site de secours, etc. autant d'exemples qui montrent qu'il faut se coordonner avec les diverses autorités.

Cette courte liste de points plutôt générique n’a pas la prétention d’être exhaustive. C’est aux responsables de Continuité d’activité de chaque entreprise concernée de l’enrichir, notamment en fonction de son organisation et de ses activités.

Pour ce faire, nous nous permettons une dernière suggestion : rester attentif aux sinistres ailleurs et essayer de profiter au maximum du retour d’expérience des autres.

Conclusion

Dans ce contexte de changement climatique, les inondations majeures vont devenir plus fréquentes et vont gagner en intensité. Ce type de sinistre provoque des ravages parmi des entreprises de régions entières et constitue pour beaucoup d’entre elles le pire scénario de sinistre auquel elles sont exposées.

Face à ce risque croissant, le management de la Continuité d’activité est plus que jamais d’actualité. Toutefois, ce n’est pas tout à fait nouveau. Imaginez un peu où nous en serions si Noé n’avait pas eu de PCA pour faire face au Déluge !

Les entreprises face aux inondations
Thomas Da Silva Perret, Consultant Stagiaire, Duquesne
Samedi 1 Juin 2013

Home Home    Mail Mail    Print Print    Zoom + Zoom +    Zoom - Zoom -    Share Share


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Octobre 2016 - 17:48 Attention : un SMCA n'est pas un PCA !


Duquesne Research Newsletter