Duquesne Group Duquesne Group

English version
Recherche et Analyse

Pour éclairer les décideurs dans le domaine de la Continuité d'Activité et de la Sécurité de l'Information, Duquesne Group propose ses analyses et réflexions issues de ses réalisations concrètes en clientèle. Observation critique du terrain par nos experts, contacts permanents avec les principaux acteurs du domaine et expérience vécue dans nos missions de conseil sont nos principales sources. Contactez-nous pour en savoir +
French version
Research

To support decision makers in the management and optimisation of information systems, Duquesne Group delivers in-depth analyses of information technologies, their implementations and their markets. Our research is based on critical observation of the market by our analysts and their on-going contacts with the vendor community, together with hands-on, practical experience from our consulting work. Contact us to find out more


Panne machine : la cause N°1 de déclenchement de PSI


Dans la panoplie des possibilités pour réaliser un PRA, le recours à un prestataire de secours est une pratique courante.

Mais dans la réalité : quelles sont les situations qui amènent les clients de ces services à y recourir vraiment ? Revue de détail à partir de chiffres fournis par SunGard.



Les chiffres de 2009 communiqués par SunGard

Sungard est, avec sa filiale "Availability Services", l'un des leaders mondiaux des solutions pour la continuité d'activité.

La société suit régulièrement les principales causes qui ont amené les clients à déclencher leur Plan de reprise et donc à recourir aux moyens de SunGard. Les statistiques fournies sont intéressantes car elles illustrent la réalité du terrain en France.

Que constate-t-on ? La schéma ci-dessous est explicite.

La panne machine dans un cas sur deux

Panne machine : la cause N°1 de déclenchement de PSI
Dans cinquante pour cent des cas, c'est une panne machine qui amène la production informatique à basculer chez SunGard.

Par machine on entend aussi bien serveur que stockage. Et l'on voit bien la manière dont le secours est utilisé : la configuration en cause est simple et ne dispose pas de secours en propre (de type cluster avec bascule). En cas de panne le secours chez SunGard est activé.

Cette manière de faire est effectivement peu onéreuse car les configurations en cause sont plus simples et le recours à un contrat chez le prestataire est moins coûteux que la mise en oeuvre de mécanismes complexes en interne.

Deuxième cause : le déclenchement programmé

Dans 22% des cas, l'exploitant client dont le contrat l'a prévu, décide de recourir à une bascule chez SunGard pour des besoins de service. En effet, comme il ne dispose pas de sa bascule en interne, il a recours à son contrat pour déplacer les applications et charges de travail afin de libérer ses machines pour y réaliser divers travaux.

Ces opérations peuvent être aussi bien des extensions, des mises à jours, des interventions de maintenance...etc.

On note d'ailleurs à ce sujet que la bascule chez SunGard est sécurisée par l'assistance du prestataire, ce qui serait potentiellement plus risqué en interne est rendu plus sûr par l'habitude de la société de secours.

Quid des sinistres ?

En dehors des pannes de machines, il existe tous les sinistres que les analyses de risques ont fait entrevoir.

Les chiffres de SunGard indiquent que ce sont essentiellement :
  • l'inondation (6%) et
  • l'incendie (4%)
qui sont les deux sinistres majeurs répertoriés.

On peut d'ailleurs noter que ces deux sinistres sont potentiellement de type local, voire régional pour l'inondation ; c'est à dire susceptibles de faire basculer tous les clients vers le prestataire de secours et provoquer la saturation. Ces cas défavorables ne font que 10% des basculements annuels.

Dans ce cas, il s'agit de la saturation du site primaire et SunGard recourt alors à un ou plusieurs sites secondaires en débordement.

De même les postes de travail peuvent être sinistrés et le repli organisé dans des locaux fournis par SunGard avec un report des connexions aux machines.

Les pannes connexes

Le data Center est exposé au risque de panne périphériques comme les défaillances d'alimentation électriques, de climatisation ou de réseau qui obèrent toute capacité de production.

Ces trois risques font chacun :
  • panne de climatisation : 4%
  • panne électrique : 2%
  • panne réseau : 2% des déclenchements.

On peut noter l'importance de la panne de climatisation qui confirme le statut de "parent pauvre" qui lui colle souvent à la peau.

Les pannes électriques et de réseaux peuvent aussi être locales et générer des déclenchements simultanés. Elles peuvent aussi bien toucher un site informatique que des bureaux et postes de travail.

Les 4% "divers" correspondent à des situations complexes ou dont la cause n'a pas été répercutée par le client.

Le défaut d'accès au site

Sous cette appellation sont regroupés des cas différents des précédents et pour lesquels les sites informatiques ou les lieux de travail sont rendus inaccessibles. On peut citer les mouvements sociaux en particulier, qu'ils soient internes à l'entreprise ou subits de l'extérieur. Il y a sous cette rubrique 10% des activations.

Le fait de pouvoir recourir à un prestataire dans ce cas change la donne de manière claire pour l'exploitant, indépendamment de toute autre considération.

Un paysage somme toute rassurant

En conclusion, on peut dire que les sociétés françaises ont recours à des solutions de secours externalisées très majoritairement pour se prémunir de la panne machine dans des configurations non doublées et que cela provoque environ 72% des appels à secours : 50% pour les pannes et 22% pour les opérations d'arrêts programmés.

Les blocages de site font 10% tout comme les sinistres "classiques" : inondations et incendies pris ensemble.

Les pannes de mode commun périphérique font ensuite 8% des recours.

Ces chiffres sont très intéressants pour éventuellement étalonner une analyse de risques.
Emmanuel Besluau
Lundi 20 Septembre 2010

Home Home    Mail Mail    Print Print    Zoom + Zoom +    Zoom - Zoom -    Share Share


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Octobre 2016 - 17:48 Attention : un SMCA n'est pas un PCA !


Duquesne Research Newsletter