Duquesne Group Duquesne Group

English version
Recherche et Analyse

Pour éclairer les décideurs dans le domaine de la Continuité d'Activité et de la Sécurité de l'Information, Duquesne Group propose ses analyses et réflexions issues de ses réalisations concrètes en clientèle. Observation critique du terrain par nos experts, contacts permanents avec les principaux acteurs du domaine et expérience vécue dans nos missions de conseil sont nos principales sources. Contactez-nous pour en savoir +
French version
Research

To support decision makers in the management and optimisation of information systems, Duquesne Group delivers in-depth analyses of information technologies, their implementations and their markets. Our research is based on critical observation of the market by our analysts and their on-going contacts with the vendor community, together with hands-on, practical experience from our consulting work. Contact us to find out more


bullionDB : Bull s'attaque à la coûteuse prolifération des bases de données




La plupart des entreprises, selon des études récentes, dépensent toujours plus des deux tiers de leurs budgets informatiques pour faire vivre leur existant, avec moins d'un tiers restant pour de nouvelles initiatives.

Pour répondre aux demandes urgentes des métiers, malgré des budgets sous forte pression, les DSI cherchent des leviers pour réduire le « TCO » (coût de possession) des systèmes existants.

Les SGBD (logiciels de base de données) sont un point particulièrement douloureux pour les responsables informatiques, non seulement en raison de leur impact budgétaire, mais aussi de l’épreuve - franchement stressante - de renégociation annuelle avec les éditeurs puissants et devenus quasiment incontournables.

Alors que personne n'a de remède miracle pour cette situation malheureuse, Bull pense qu'il peut faire une différence avec la récente annonce de bullionDB, une appliance base de données Open Source.

L’ANNONCE

Annoncé en février de cette année, bullionDB est une appliance base de données, basée sur les serveurs bullion à haute performance, et fournie avec PostgreSQL, un SGBD Open Source. L'appliance comprend également un point d'administration unique pour toutes les bases de données nouvelles ou migrées.

Selon la compagnie, bullionDB est "une appliance pour accompagner les organisations dans la modernisation des bases de données tout en garantissant l'optimisation du TCO (coût de possession)."

De plus, la société propose son "Migration Factory", un ensemble d'outils et de services spécialisés pour permettre «une migration sûre et rapide des base de données, principalement à partir d'Oracle", ainsi qu’un service de support complet.

ANALYSE

Il est indéniable que les bases de données (et leur infrastructure connexe) sont devenus des éléments considérables dans le TCO des systèmes d’information existants. Même si la « Big Data » sera vraisemblablement le prochain grand défi pour les DSI, la prolifération coûteuse et complexe des bases de données « legacy » est déjà un gros problème.

Dans ce contexte, l'annonce de l’appliance bullionDB représente une proposition de valeur qui pourrait être intéressante pour bon nombre de clients.

La prolifération coûteuse et complexe des bases de données

Des grandes entreprises ont des centaines bases de données relationnelles (voire des milliers pour les plus grandes) pour les fonctions centrales telles que les ERP ou RH, les applications départementales et les systèmes de reporting de type BI.

De plus, la plupart de ces organisations utilisent plusieurs plates-formes SGBD (avec Oracle, Microsoft SQL Server et IBM DB2 en tète), souvent avec des versions différentes de la même plate-forme et toute une variété d'outils de management et d’administration.

Compétences en administration de base de données

Parmi les résultats de cette situation est une croissance importante de la complexité et des coûts de l'administration des bases, une discipline nécessitant un large éventail de compétences de haut niveau, en particulier pour les produits sophistiqués tels que DB2 et Oracle.

Selon les statistiques du gouvernement américain (Bureau of Labor Statistics), "l'emploi des administrateurs de base de données devrait croître de 15% de 2012 à 2022, plus rapidement en moyenne que tout autre métier" aux Etats-Unis. L’acquisition de ces compétences peut être un problème difficile pour de nombreuses organisations.

Exploitation informatique complexe et fragmentée

Pour l’exploitation informatique, l’augmentation du nombre et de la variété de systèmes de base de données – conjuguée avec la croissance des volumes et la multiplication des technologies de haute disponibilité et de continuité de service – peut faire monter la complexité à des niveaux de plus en plus ingérables.

L’exploitation devient fragmentée et spécifique à la plate-forme ou aux outils, ce qui implique le besoin d'une multiplicité de compétences et bien entendu des coûts RH forcément plus élevés.

La montée implacable des coûts des SGBD

Compte tenu de l'architecture "scale-out" de la plupart des infrastructures de serveurs X86, une entreprise avec une abondance de bases de données, dont certaines très grandes, aura besoin d'un nombre considérable de licences de logiciels SGBD, sans oublier les frais de maintenance annuels.

Combien de licences –et combien d'argent-dépend des conditions contractuelles, qui dans certains cas-comme Oracle-sont notoirement complexe et loin d'être transparentes. La complexité contractuelle des licences SGBD est un réel problème, compte tenu de la réputation bien méritée d'Oracle pour les audits agressifs, conduisant parfois à des millions de dollars en pénalités de non-conformité pour certains grands utilisateurs.

Toutefois, le problème clé n’est pas les conditions contractuelle (qui pourraient changer), mais plutôt le verrouillage propriétaire qui donne aux grands éditeurs un pouvoir commercial excessif sur les clients, un pouvoir qu'ils n'hésitent pas à utiliser et – selon certains clients mécontents – à abuser.


L’applicance bullionDB

bullionDB est positionné par Bull comme une applicance pour la «modernisation de la base de données" destinée à aider les clients à mettre sous contrôle la prolifération des base de données, avec une solution packagée comprenant le matériel, les logiciels et le support complet, ainsi que des services de migration en option.

Une plateforme X86 « scale up » pour la consolidation des bases

Les plates-formes sous-jacentes de bullionDB viennent de la ligne Bull des serveurs X86 Xeon de classe entreprise, lancée en 2010 sous le nom « bullion ». Cette ligne de serveurs a connu une bonne réussite commerciale, avec les ventes qui ont doublée chaque année et plus de la moitié en dehors du marché domestique français de la société.

Alors que les architectures « scale out » sont devenues une sorte d’orthodoxie informatique, en particulier pour les serveurs d'applications, il y a beaucoup à dire pour les serveurs de base de données « scale out », qui peuvent fournir de grands espaces de mémoire et une très grande puissance de traitement pour des moteurs SGBD sophistiqués avec un grand nombre d'utilisateurs simultanés.

La conception de la plate-forme reflète l'héritage mainframe de Bull, mais aussi son expertise dans le domaine de « High Performance Computing » (HPC). Les deux lignes de serveurs bullion (entreprise) et bullx (HPC) sont construites sur la même architecture MESCA - avec son commutateur « crossbar » pour une communication inter-processeur à très haute vitesse - afin de tirer le maximum de performance des générations successives de processeurs Xeon.

Point intéressant, la compagnie positionne bullion comme "nativement virtualisé», spécifiquement conçu - en étroite collaboration avec VMware - pour les applications critiques. Il peut supporter des centaines de machines virtuelles ainsi que plusieurs « Monster VM » avec suffisamment de puissance et de mémoire pour la virtualisation de très grandes bases de données.

Ces choix de conception - ainsi que la compétence reconnue de l'entreprise dans l'optimisation des performances - font de bullion une plateforme bien adaptée pour la consolidation des bases de données.


PostgreSQL: une alternative Open Source

PostgreSQL est un SGBD relationnel assez bien accepté par le marché, qui est développé et maintenu par une communauté Open Source importante et engagée. Les utilisateurs comprennent une variété d'entreprises et d’autorités publiques à travers le monde. De nombreuses agences du gouvernement fédéral des États-Unis, y compris le ministère de la Défense, utilisent le système (et d'autres technologies Open Source) pour les applications très critiques.

Moins omniprésent que MySQL dans les applications Web, PostgreSQL a toutefois gagné une large reconnaissance comme une alternative - à coût réduit, mais riche en fonctionnalités - aux SGBS propriétaires sophistiqués tels que Oracle, pour une variété de traitements y compris pour les applications critiques.

Si certaines DSI ont toujours quelques hésitations quant à la viabilité du modèle Open Source, les logiciels d'infrastructure Open Source ont déjà atteint un niveau respectable d'acceptation. Très approximativement, on peut estimer que l'Open Source représente environ 30% du marché, avec une tendance à la hausse en raison de son adoption rapide dans des domaines comme le Cloud, la mobilité et Big Data.

Un facteur important dans cette acceptation a été l'émergence de fournisseurs Open Source avec des modèles économiques pérennes, généralement basés sur la fourniture de support client et d'autres services. Les fournisseurs gèrent également les distributions, avec certains qui proposent à la fois une version «communauté» gratuite et une version «entreprise» payante et comprenant des extensions propriétaires.

Avec bullionDB, la compagnie a opté pour la version communautaire « sans verrouillage » tout en se faisant rémunérer pour le support client complet et des services connexes en option. Cependant, le modèle n'est pas « Open Source pure play », puisque Bull vend une solution verticalement intégrée, qui comprend aussi le serveur de base de données et le portail d’administration unique.


Migration : la grande question

De manière générale, les DSI n’aiment pas les migrations, les principales préoccupations étant délais et les coûts, ainsi que les risques techniques et organisationnelles. Pour répondre à ces préoccupations, Bull propose des services de conseil spécialisés pour aider son client à définir un périmètre de migration raisonnable, ainsi que ses outils et services "Migration Factory", partant du principe que la migration est rarement la meilleure utilisation des ressources informatiques internes.

Techniquement parlant, PostgreSQL est généralement compatible avec Oracle, mais beaucoup dépend du portefeuille d'applications et des pratiques de développement spécifiques. Certaines applications restent avec un SQL assez standard et les fonctions courantes d’Oracle, tandis que d'autres s'appuient sur des extensions Oracle très spécifiques. En conséquence, quelques migrations se réduisent essentiellement à la conversion des bases de données tandis que d'autres ont besoin d’une intervention plus ou moins étendue au niveau de l'application.

Selon des enquêtes récentes, de nombreux utilisateurs de PostgreSQL ont décidé de laisser en place leurs SGBD propriétaires existants pour leurs applications les plus critiques, mais de migrer les bases moins critiques et de standardiser sur PostgreSQL pour leurs nouvelles applications OLTP. Dans certains cas (plus rares), la DSI a opté pour une migration progressive mais complète, l'intention étant d'éliminer les SGBD propriétaires entièrement.

La définition du périmètre de bases de données approprié pour une solution Open Source tel que bullionDB doit prendre en compte des compromis entre les coûts, les avantages et les risques qui sont spécifiques à chaque entreprise. On pourrait décrire, grosso modo, le périmètre clé de la décision comme une sorte de « risk adjusted TCO ».

Postscript : Impact de l'acquisition de Bull par Atos

L'analyse qui précède de BullionDB a été élaborée avant l'annonce, le 26 mai 2014, de l'acquisition de Bull par Atos, une société française de services informatiques.

Dans l'ensemble, il s'agit d'un développement positif pour la solution bullionDB. Selon les deux sociétés, Bull (en tant que société membre de la famille Atos) conservera la responsabilité (entre autres) pour les serveurs bullion et les appliances, fournissant ainsi la haute puissance nécessaire dans des domaines stratégiques tels que le Cloud et Big Data. Atos apportera un véritable effet d'échelle dans les services et ouvrira de nombreuses nouvelles débouchées commerciales dans le monde.

Plus important encore, pour les grands clients, la combinaison de Bull avec une société mère bien plus grande devrait renforcer la «crédibilité» de bullionDB comme un choix stratégique pour la consolidation des bases de données relationnelles.

CONCLUSION

La prolifération des bases de données « legacy » est un problème réel et cher pour les DSI. Avec bullionDB, la société française ne prétend pas avoir une baguette magique, mais elle a tout de même une proposition de valeur qui pourrait être intéressante pour bon nombre de clients.

À tout le moins, la mise en place d'une alternative Open Source crédible aux éditeurs SGBD en place pourrait renforcer considérablement le pouvoir de négociation des clients.
Donald Callahan
Jeudi 1 Mai 2014

Home Home    Mail Mail    Print Print    Zoom + Zoom +    Zoom - Zoom -    Share Share


Dans la même rubrique :
< >

Duquesne Research Newsletter